Les blogs | Le carnet de route d'Yves Magat

« Brexit: To leave or not to leave… | Accueil | Rio: après les Jeux, le retour du trafic »

Publié le 28 juin 2016 à 13:23 dans Actualité , Migrations

 

Brexit4
Militants du Brexit à Peterborough

Peterborough et Édimbourg, Royaume Uni. Après une semaine passée en Angleterre et en Ecosse pour couvrir le vote sur le Brexit, et alors que le chaos politique s'installe à Londres, Édimbourg et Bruxelles, je vais peut-être miser auprès d'un bookmaker londonien sur l'abandon du processus de sortie... De plus en plus de monde se demande au Royaume Uni comment sortir de cette gonfle, à commencer par les deux illustres représentants du parti conservateur David Cameron et Boris Johnson. Le premier a joué avec le feu en organisant le référendum pour récupérer un électorat tenté de rejoindre l'extrême-droite du UKIP. L'autre, ancien maire de Londres, espérait ainsi devenir le prochain Premier ministre d'un Royaume Uni. Cameron défendait le maintien dans l'UE et Johnson recommandait la sortie bien qu'il y a de fortes raison de penser qu'aucun des deux n'y croyait.

 

 

Tout le monde s'est fait rouler dans cette histoire. A commencer par les Britanniques moyens qui ont voté le Brexit. Certains ont voté en croyant aux consignes du leader du UKIP Nigel Farage affirmant que c'était une affaire de démocratie, de souveraineté et d'immigration. Rebeka, militante du parti pro-européen Libéral-démocrate à Peterborough me dit: "Ce sont des slogans vides, qu'est-ce que l'Union européenne a à voir avec la souveraineté et la démocratie ! Notre prochain Premier ministre sera choisi par les instances dirigeantes du parti conservateur, ce n'est pas plus démocratique que la nomination des commissaires européens à Bruxelles !" De dépit elle songe à s'installer en Écosse.

 

Brexit5
"Je suis socialiste, mais..."

La vieille dame d'une banlieue modeste de Peterborough qui me disait "Je suis socialiste mais je voterai pour le Brexit car on a fermé les chantiers navals et les mines" ne se rend pas compte qu'elle a été complètement manipulée. Cela n'a rien à voir avec l'Europe mais plutôt avec la politique économique issue du Thatcherisme dans un monde toujours plus concurrentiel qui ne fait plus de cadeau. Le Monsieur respectable sur la place centrale de Peterborough qui me disait: "Ce n'est pas du racisme mais il y a trop d'immigrants", ne se rend pas compte que la sortie de l'UE ne changera rien à ce phénomène causé par un fort besoin de main d'oeuvre bon marché dans le Royaume Uni. Plus triste peut-être, une jeune intellectuelle d'Édimbourg me dit: J'ai voté contre mais mon conjoint, médecin, a voté pour, comme vote de contestation à la politique de Cameron." Comme souvent, les femmes sont plus lucides...

 

 

Ce matin à Bruxelles, l'affaire devient grand-guignolesque. Avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Junker demandant à Nigel Farage ce qu'il fait ici puisqu'il a appuyé la campagne du Brexit. Et Junker d'accuser le leader du UKIP d'avoir "menti et falsifié les faits". Puis l'ancien premier ministre belge Guy Verhofstadt a accusé Nigel Farage de "propagande nazie" et condamné implicitement l'ancien maire de Londres Boris Johnson pour "son égoïsme qui l'a poussé à faire n'importe quoi juste pour devenir le prochain Premier ministre britannique."Ça chauffe à Bruxelles !

Pendant ce temps au Royaume Uni les juristes constitutionnalistes s'étripent sur deux éléments-clés:

  • Un référendum est-il contraignant ou son résultat peut-il être rejeté par le parlement britannique ? 
  • S'agit-il d'une décision contre laquelle pourrait s'opposer le parlement d'Ecosse ou d'Irlande du Nord ?

Face à ce qui apparaît comme la plus grosse gaffe politique des cinquante dernières années, toutes les issues sont possibles. On peut même envisager avec un risque limité de parier que le fameux article 50 de sortie de l'Union européenne ne soit jamais déclenché. Et s'il est finalement quand même mis en marche... God save the Queen !

Brexit6

 

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

A propos


> Retrouvez aussi @yvesmagat sur twitter

Accueil

Articles récents

Calendrier

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Catégories

Archives

Flux RSS