Les blogs | Le carnet de route d'Yves Magat

« Sotchi: galerie de photos | Accueil | Le temps s'est arrêté à Sébastopol »

Publié le 03 mars 2014 à 00:15 dans Actualité , Russie

Simferopol2Simferopol, République autonome de Crimée, Ukraine. Sentiment étrange le soir dans les rues désertes de Simferopol. L'éclairage public déficient, l'absence de circulation et la présence au coin d'une rue de quelques soldats masqués et sans identification donnent à cette ville du bout du monde une atmosphère de fin de règne. Même pas sinistre, juste irréelle.


 

Simferopol1

L'ambiance à Simferopol est d'autant plus incongrue que le monde entier s'écharpe sur l'"invasion" de la Crimée par Vladimir Poutine. L'OTAN remet à l'ordre du jour l'implantation de ses missiles dirigés sur l'Est. Moscou affirme que ses intérêts régionaux sont menacés et la tenue du sommet du G8 à Sotchi est remise en question.

 


L'après Sotchi
Quelle mouche a bien pu piquer le président russe pour jouer ce petit jeu alors que le succès politique et sportif des Jeux Olympiques avaient redoré son blason ? On en venait presque à oublier que les Droits de l'Homme et de l'information sont violés quotidiennement de Kaliningrad à Vladivostok.

Simferopol4On peut émettre de nombreuses critiques contre l'homme fort du Kremlin, notamment que ce n'est pas un démocrate, mais ce n'est en tous cas pas un aventuriste. Le président au regard de loup sait d'habitude prendre son temps pour toujours méthodiquement prévoir, organiser et exécuter ses plans. Vladimir Vladimirovitch ne fait jamais de faux pas: il laisse les autres en faire pour pouvoir mieux fondre sur ses proies.

 



En 2008 le naïf président géorgien Sakachvili avait commis l'erreur de croire qu'il pourrait récupérer par la force ses deux républiques sécessionnistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud avec le soutien occidental. Mal lui en a pris ! C'était le prétexte attendu (et préparé ?) depuis plusieurs mois par le Kremlin pour s'installer au sud du Caucase parmi des populations qui ont accueilli à bras ouverts les "libérateurs" russes.

Le faux pas ukrainien
Cette fois, le faux pas est venu des nouvelles autorités ukrainiennes, ou qui tout au moins tentent de se présenter comme telles. Le chaos de la place Maïdan, le débordement des démocrates par les groupes d'extrême-droites fascisants et surtout les menaces sur les populations russophones ont été le prétexte suffisant pour le lancement d'une opération militaire russe en Crimée aux contours indéfinis.


Simferopol3A l'heure où j'écris ces lignes, dans le silence nocturne de Simferopol, je ne peux m'empêcher de me demander si toute cette affaire n'est pas qu'un show à usage régional ou intérieur russe. De toutes façons la Russie n'a pas besoin d'intervenir militairement en Ukraine: ce pays est économiquement à genou. La Russie est son principal partenaire commercial et pratiquement son unique fournisseur d'énergie. Quelles que soient les autorités légitimes ukrainiennes qui sortiront des urnes en mai, elles seront obligées de venir manger dans la main de Vladimir Poutine.

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

A propos


> Retrouvez aussi @yvesmagat sur twitter

Accueil

Articles récents

Calendrier

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Catégories

Archives

Flux RSS