Les blogs | Le carnet de route d'Yves Magat

« Nestlé fait tourner le lait en Italie | Accueil | Du pain ou des nouvelles technologies ? »

Publié le 19 janvier 2006 à 13:12

Le forum Social mondial, l'anti-Davos des altermondialistes, commence à Bamako au Mali le 19 janvier. C'est l'occasion pour la TSR d'aborder certains thèmes qui y sont débattus par des reportages tournés sur le terrain en Afrique. La première étape: le Burkina Faso et les associations de lutte contre le SIDA.

Consultation2_2 Selon la tradition du lévirat en Afrique de l'Ouest, lors du décès du mari, c'est un de ses "petits frères" qui reçoit en mariage les co-épouses devenues veuves. Et si l'homme est décédé du SIDA, il y a de fortes probabilités que le cadeau soit empoisonné: les ex-veuves amènent avec elles le virus dans leur nouvelle famille.Le nouveau mari et ses premières co-épouses sont à leur tour infectés.

C'est l'un de ces nombreux cercles vicieux de la contamination qui explique en partie le très fort taux de séropositivité en Afrique. Et ce n'est pas fini... Si un homme perd l'une de ses femmes, morte du SIDA, il va en général reprendre une épouse. Comme il refuse d'habitude tout test de dépistage prénuptial, la nouvelle épousée ne tarde pas à être contaminée.

A cela s'ajoute d'autres pratiques traditionnelles à haut risque, encore fréquentes ici au Burkina Faso et dans de nombreux pays de la région. La circoncision des garçons et l'excision des fillettes (théoriquement interdite dans certains pays) se font souvent à la chaîne dans des conditions d'hygiène catastrophiques. Il suffit qu'un des enfants soit séropositif de naissance parce que sa mère l'était déjà. Du coup tous les autres enfants circoncis ou excisés en même temps sont infectés...

De nombreuses organisations locales et internationales se battent pour assurer une meilleure prévention. Leurs efforts aboutissent souvent à un changement des attitudes des populations qu'elles parviennent à contacter. Mais le poids des traditions et l'éloignement de millions de villageois de tout centre d'information sur le SIDA empêchent de vraiment désamorcer cette bombe qui n'est même plus à retardement.

Bobo Dioulasso, Burkina Faso

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

A propos


> Retrouvez aussi @yvesmagat sur twitter

Accueil

Articles récents

Calendrier

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Catégories

Archives

Flux RSS