Les blogs | Le carnet de route d'Yves Magat

« Les irréductibles de la Nouvelle Orléans | Accueil | L'hôtel suisse de la Nouvelle Orléans »

Publié le 15 septembre 2005 à 08:40

Eglise_1 Franck Molina descend d’une vieille famille hispanique texane. Avec sa femme Soledad, ils se sont installés il y a un an dans ce petit paradis méconnu de la côté du Mississippi : le village de Pass Christian, près de Long Beach. Mais le cyclone Katrina a transformé ce havre en enfer.

La plupart des maisons ne sont plus que des amas de planches ou de briques. La leur a mieux résisté mais des vagues de douze mètres poussées sur les terres par des vents de 230 km/h l’ont complètement inondée et en partie détruite. Avec des sanglots et des larmes ils nous montrent leur galerie où ils exposaient leurs œuvres à côté de leur logement. Tous est couvert de boue visqueuse et de débris en tous genres. Katrina a changé notre société, explique Franck, je serai inévitablement influencé par ces événements dans mes oeuvres.

En attendant, le couple vit sur un matelas installé dans un couloir d’une école. Les volontaires de la Croix-Rouge américaine font de leur mieux mais ce refuge où campent 140 personnes manque terriblement d’intimité…

A côté du petit port où Soledad venait acheter des crevettes aux pêcheurs vietnamiens, se trouvent les ruines de l’église catholique. Soledad et Franck s’agenouillent et prient. Un peu plus loin, les restes des riches demeures coloniales du XIXè : Cette opulence se devait au travail des esclaves, peut-être est-ce un juste retour des choses, explique Franck. Ce qui est certain, c’est qu’il ne veut plus se réinstaller ici. Le choc a été trop grand.

Pass Christian, Mississippi, Etats-Unis

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

A propos


> Retrouvez aussi @yvesmagat sur twitter

Accueil

Articles récents

Calendrier

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Catégories

Archives

Flux RSS