Les blogs | La chronique météo de Philippe Jeanneret

« Temps d'ouest perturbé: bientôt la fin? | Accueil | Un début de printemps proche des records! »

Publié le 13 mars 2017 à 11:05




Climato-sceptique convaincu, Scott Pruitt, le nouveau patron de l’Agence américaine de l’environnement (EPA) a encore fait parler de lui jeudi passé, en affirmant sur l’antenne de CNBC que «les émissions de dioxyde de carbone (C02) n’étaient sans doute pas un facteur déterminant dans les changements climatiques». Une déclaration qui ne surprend pas grand monde mais qui mérite d’être mise en parallèle avec les conclusions du dernier rapport du GIEC.



Le Groupe International d’Experts sur les changements climatiques a fait l’objet de critiques en 2010, à cause d’erreurs de chiffres ou dans sa manière de fonctionner. Mais depuis, les défauts ont été corrigés. Le 5ème rapport, publié en 2014, a bénéficié des dernières percées scientifiques; il a également été rédigé avec une rigueur extrême. On peut le considérer aujourd'hui comme une «Référence». Vous en trouverez le résumé pour les décideurs en cliquant sur ce lien.

Diapositive1

Ce rapport met tout d’abord en évidence le rôle du dioxyde de carbone, considéré comme le plus important gaz à effet de serre d’origine anthropique, devant le méthane et les oxydes nitreux. Il définit également la contribution des activités humaines au réchauffement, estimant que ces dernières représentent un forçage radiatif de 1,6 W m2 depuis 1750 (+0,6 à +2,4).


Mais le plus important est que cette affirmation s’accompagne d’un degré de certitude de « très haute confiance ». Terme qui signifie que les experts pensent qu’il y a au moins 9 chances sur 10 pour l’affirmation soit correcte. Autrement dit, une certitude de 9 sur 10 ne suffit pas à convaincre le nouveau directeur de l’Agence américain de l’environnement sur le rôle joué par le Co2 et par les activités humaines dans les changements climatiques.


La démocrate Gina McCarthy, qui a dirigé l'EPA de 2013 à 2017, s'inquiétait vendredi dans un communiqué, des propos de son successeur. "Le monde de la science repose sur des preuves empiriques, pas des croyances ... je ne vois pas de quelles informations supplémentaires l'administrateur de l’Agence peut avoir besoin pour comprendre cela".


Selon un document obtenu par plusieurs médias américains, les coupes budgétaires envisagées par Scott Pruitt entraîneraient une réduction de 20% du personnel de l'EPA et élimineraient des dizaines de programmes de protection de l'environnement.


C’est dire l’ampleur du fossé qui sépare aujourd’hui l’administration Trump du monde scientifique…


Philippe Jeanneret, avec le concours des agences

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

A propos

Chaque jeudi (au minimum) à 20h sur RTS Un, l'équipe météo commente une photo envoyée par les internautes. N'hésitez pas à nous envoyer des clichés de phénomènes météorologiques dont vous êtes les témoins.
Philippe Jeanneret

Accueil

Articles récents

Calendrier

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

Catégories

Archives

Flux RSS