Les blogs | Les coulisses de l'info

Publié le 26 octobre 2008 à 19:23 dans virtuel

En 2004 Pierre Assouline ouvre un blog intitulé "la République des livres". Ce salon littéraire d'un nouveau genre s'impose rapidement comme l'un des principaux lieux de conversation sur la toile française. Quatre ans plus tard, Pierre Assouline sélectionne parmi les 150'000 commentaires (!) générés par son blog, 600 notes qu'il publie dans un livre intitulé "Brèves de blog". Naissance d'une nouvelle relation entre auteurs et lecteurs:

Publié le 23 février 2008 à 12:30 dans virtuel

Le web bruisse de rumeurs depuis quelques jours: en réclamant la fermeture d'un site internet une banque suisse s'est attaquée au sacro saint principe de la liberté d'expression sur la toile et un tribunal américain lui a donné raison. La banque zürichoise Julius Bär a obtenu que le site Wikileaks.org soit déconnecté. Wikileaks, un site libertaire américain bien connu, réputé pour publier des documents compromettants. Julius Bär accuse ce site d'avoir mis en ligne de faux documents qui implique la banque dans une affaire de blanchiment d'argent sale aux îles Cayman. L'affaire fait grand bruit car cette interdiction pose la question des règles qui président à ce nouveau journalisme qui se développe en ligne. En déconnectant Wikileaks la justice américaine ne s'est pas contentée de demander le retrait des documents incriminés. Elle a fait ce qui représente l'équivalent de la fermeture d'un journal. Un journal en ligne qui a prouvé à de multiples reprises son intérêt comme récemment la publication d'un manuel opérationnel de la prison de Guantanamo. Internet ne peut pas échapper aux lois mais si les lois qui s'appliquent au web sont plus sévères que celles qui s'appliquent au monde physique il faut craindre pour la liberté d'expression. Les autorités chinoises l'ont d'ailleurs prouvé. Pékin a interdit Wikileaks depuis bien longtemps.

Publié le 29 juillet 2007 à 10:35 dans virtuel

Mash_ups
Souvenez-vous: jadis sur les autoroutes des vacances vous deviez péniblement procéder à la cérémonie de la carte difficile à déplier et impossible à replier. Cette époque est bientôt à ranger dans la boîte à gant de l'histoire. Une véritable révolution est en marche sur les sentiers de la cartographie. Vous connaissiez bien sûr des services comme Google earth qui vous permettent de naviguer la planète d'un clic de souris. Ce n'était que le début. Grâce à des outils participatifs largement proposés sur le web, des millions d'internautes deviennent leur propre cartographe. Sur Internet vous trouverez aujourd'hui un univers infini de cartes qui organisent l'information du plus futile au plus utile. Envie de savoir où meurent les Suisses sur les routes ? consultez cette carte . Une carte géographique enrichie d'audio et de vidéos pour votre prochaine promenade touristique en Italie ? C'est par ici. Un projet de ballade en deux roues en Suisse et dans les pays qui nous entourent ? Faites d'abord un tour sur cette carte interactive qui vous propose les meilleurs itinéraires. Quotidiennement des nouvelles cartes voient le jour. Une légion de passionnés sont à l'oeuvre pour proposer une géographie multimédia de plus en plus riches. A l'intersection entre des logiciels géographiques perfectionnés, le GPS et la 3D un bouleversement de la présentation des connaissances est en marche. A l'image de l'encyclopédie Wikipedia c'est toute une intelligence collective qui se met à organiser l'information sur les nouvelles cartes du monde. Passionnant.

Publié le 08 juillet 2007 à 10:13 dans virtuel

Twitter
A moins de vous être absenté de la terre pendant quelques mois vous avez sans doute entendu parler de Twitter. Twitter ? Le dernière forme de communication sensée balayer tout ce que vous aviez péniblement tenté d'apprivoiser ces derniers mois. Plus fort que le blog, "le Twitter" vous permet d'abonner vos amis et vos relations à un fil d'info personnalisé où vous raconterez tout au long de la journée - via des SMS écrits sur votre portable préféré - vos passionnantes aventures quotidiennes. Du genre "je me suis réveillé de mauvais poil" ou "viens de sortir du bureau, le patron est exécrable" ou alors "super ces pyramides mais un peu chaud". Une nouvelle forme de communication qui semble emprunter au fameux haiku japonais sa brièveté et sa concision. A consulter la page Twitter où vous pouvez suivre en direct ces nouveaux échanges, difficile, cependant, de comparer cela à de la poésie. Ou encore d'appeler ça une révolution comme le font déjà tous les évangélistes des nouvelles technologies. Le quotidien de l'humain n'est pas forcément fait de détails ébouriffants. Faut-il pour autant jeter ce nouveau "réseau social" au rayons des gadgets aberrants ? Pas sûr. Si Twitter reste expérimental il révèle un monde en construction où les fils virtuels se multiplient et où nos "Second life" tissent peu à peu une existence complémentaire à notre vie bien réelle. Une manière un peu vertigineuse d'entourer nos journées d'un nuage d'informations. Que faire de cette "deuxième vie" ? Assurément des développements plus intéressants que Twitter nous attendent dans le futur. "Stand by" comme le répètent tout au long de la journée les nouveaux membres de ces tribus électroniques.

Publié le 01 décembre 2006 à 11:33 dans virtuel

02itwwebcamLes nouvelles générations seraient passives, peu politisées, bref ramollies: Tout faux nous explique Thierry Maillet dans son dernier livre «Génération participation». Constamment branchées les nouvelles générations n'ont jamais été aussi réactives. Consommation, politique, éducation : cette génération remettrait plus fondamentalement en question notre société que nous ne l'imaginons. Est-il possible que nous soyons incapables de voir le bouillonnement de ces nouvelles idées qui s'agitent sous la surface ? Comme les successeurs de mai 68 ne manifestent pas dans la rue et n'investissement pas massivement les partis politiques, serions-nous aveuglés par cette fausse tranquillité. Par exemple, on nous dit volontiers que les jeunes ne s'intéressent plus aux "opinons". Les journaux gratuits ont d'ailleurs banni tout espace éditorial. Pourtant à voir l'explosion des opinions fortes véhiculées dans les blogs il devient difficile d'affirmer que les nouvelles générations ne disent pas haut et fort ce qu'elles pensent. Par ailleurs le web fourmillent de projets collaboratifs sur le terrain éducatif, culturel politique qui visent tous à "changer" la société. Thierry Maillet nous annonce l'avènement d'une génération participative qui pourrait bien bousculer quelques habitudes. Et s'il avait raison ?

p.s. à propos de génération participative.... dirigez-vous vers notre nouvelle édition de Ski challenge qui a été téléchargée par 140'000 Romands l'année passée. 40'000 s'étant inscrits pour jouer en réseau. Du jeu d'accord mais aussi l'ébauche de communautés nouvelles.

Publié le 06 octobre 2006 à 11:34 dans virtuel

Second_life
Raz le bol de votre quotidien ? Basculez dans un univers virtuel. Désormais ces "deuxième monde" ne sont plus réservés aux fanatiques de jeux vidéos. Visionnez le reportage de Carine Jaggi dans Nouvo consacré à "Second life" pour vous en convaincre. Les 900'000 "habitants" de ce monde virtuel vont rapidement vous persuader que notre vie en ligne ne fait que commencer. "Second life" prouve que nous sommes au début seulement de la bascule digitale qui va durablement modifier la manière dont nous travaillons, nous informons, nous divertissons. Dans ce nouveau monde vous y dévouvrez un foisonnement d'activité qui vous laissera pensif. En vrac : une économie avec ses propres entreprises, banques, y compris échange de cash (le premier hold-up virtuel vient d'avoir lieu !), des marques tentent de se vendre, des universités qui proposent des cours dans des salles de classe d'un genre tout à fait particulier (un exemple ici), des politiciens qui font passer leurs messages de manière pour le moins curieuse, des médias qui se réinventent à l'image de la BBC qui nous offre une version virtuelle de ses activités. "Second life" est de plus en plus présenté comme l'une des révolutions les plus étonnantes de ces dernières années dans le monde digital. L'émergence d'un outil radicalement nouveau qui s'appuie sur le réseau pour réinventer un monde en intégrant toutes ses composantes. Au bout de la visite reste la question centrale: cette "deuxième vie" va-t-elle contribuer à améliorer la première.... ? Il n'est pas certain que nous aurons le choix. La vague virtuelle ne fait que commencer à déferler sur nos existences.

Publié le 24 mars 2006 à 07:11 dans virtuel

Marc_besson
Achats en ligne, gestion de vos impôts sur Internet, e-banking, etc. : nous déposons de plus en plus d'informations privées sur le web. Problème : les «vols d'identité» se multiplient. Pour Marc Besson, de la société genevoise Wisekey il est temps de contre-attaquer avec la création de véritables passeports virtuels. Et Genève pourrait devenir la capitale mondiale de ce business de la sécurité en ligne. Une interview à visionnez sur Nouvo et vos réaction sont attendues via webcam sur notre Nouvoscope.

A propos

La chronique de Bernard Rappaz, rédacteur en chef Actualité à la RTS.

Pour suivre le fil Twitter de Bernard Rappaz

Accueil

Articles récents

Calendrier

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Catégories

Archives

Flux RSS