Les blogs | Les coulisses de l'info

Publié le 28 juillet 2005 à 23:06

Internet
L'Amérique a créé Internet. Et on l'oublie parfois, elle en contrôle toujours les fonctions vitales à travers Icann, l'organisme qui gère les adresses, comme le fameux ".com". Cette hégémonie n'est pas prête de prendre fin. Dans un communiqué largement passé inaperçu George Bush vient de faire savoir qu'il n'a pas l'intention de partager la gestion de ce formidable réseau. Il y a quelques mois encore à Genève, à l'occasion du Sommet mondial de l'information, de nombreux pays affirmaient qu'il était inacceptable que les Etats-Unis continuent à contrôler l'infrastructure d'Internet. Il était urgent, disait-on, de nommer l'ONU responsable de la gestion de l'Internet. Un diplomate suisse Markus Kummer, a même été engagé par les Nations Unies pour s'occuper de la gouvernance de la grande Toile. Douche froide au cœur de l'été. Evoquant des questions de "sécurité et de stabilité" du système la Maison Blanche a fait savoir qu'elle continuerait de contrôler étroitement Icann et donc Internet. A l'heure où au nom de la "guerre" au terrorisme les menaces sur nos libertés individuelles se font toujours plus précises on sait désormais que l'Oncle Sam n'a pas l'intention de partager les clés qui permettront à Big Brother d'espionner nos moindres faits et gestes sur le réseau des réseaux.

Publié le 22 juillet 2005 à 16:02

Mi-été, le temps de faire quelques lectures roboratives. Comme par exemple cette chronique d'Eli Noam, directeur de l'Institut de Tele-Information de l'Université de Columbia qui sonne comme un coup de tonnerre. Eli_noam
Pour cet observateur respecté du monde de l'information les médias traditionnels glissent rapidement sur une pente dangereuse. Rappelant que, par exemple, les journaux ont vu leurs tirages diminués de 5 % aux Etats-Unis et de 3 % en Europe cette dernière année seulement, Eli Noam affirme qu'un sursaut immédiat s'impose. Se mettant sur la même longueur d'onde que le magnat de la presse Rupert Murdoch, ce chercheur américain ne voit de salut que dans la réinvention des médias. Des journaux, des radios et des TV qui devront demain, pour survivre, mieux exploiter la convergence des technologies et les outils qui permettent aujourd'hui de personnaliser et de se mettre à l'écoute du public. La couverture multimédia des événements récents de Londres montre d'ailleurs la voix à suivre. Bref, une bonne lecture d’été pour mieux affronter les bourrasques du futur.

Publié le 08 juillet 2005 à 14:11

La tragédie de Londres prouve une fois de plus que le "journalisme citoyen" fait désormais partie du nouveau monde de l'information. Il suffit de se rendre sur Wikipedia pour prendre la mesure du phénomène. Autour de cette encyclopédie en ligne des centaines d'internautes se sont immédiatement mobilisés pour constituer ce qui représente, peut-être, la source d'information la plus complète sur ces attentats. Une mise en réseau de ressources tout à fait impressionante. Avec une qualité d'information qui ne l'est pas moins. Les appareils de photos intégrés aujourd'hui dans les téléphones mobiles donnent aussi lieu à des témoignages saisissants des victimes elles-mêmes. Jetez un oeil sur ce nouveau carrefour mondial de la photo que représente désormais le site Flickr. Les blogs ne sont évidemment pas en reste, des miliers de témoignages et de commentaires apparaissent aux quatres coins de la toile. Les médias traditionnels prennent d'ailleurs la mesure de ces nouveaux canaux d'information. A la BBC (e-mail, sms) mais aussi chez nous sur tsr.ch (photos) le journalisme citoyen influence de plus en plus la couverture des événements. Voici venu l'ère du journalisme participatif. (voir dans un tout autre registre les images qui nous sont parvenues de la tornade sur le lac Léman)

Publié le 07 juillet 2005 à 12:07

Oldphone_2
Le 15 juillet 1852 les autorités inauguraient le premier service télégraphique suisse entre Zürich et St Gall. Après 150 ans de bons et loyaux services la téléphonie classique s'apprête à passer la main. La plupart des experts admettent aujourd'hui que les coups de fils vont rapidement migrer sur Internet pour une fraction des coûts actuels. Pour Swisscom c'est une catastrophe. Dans les couloirs de la direction de l'opérateur historique les plus pessimistes prédisent un écrasement de la courbe des revenus dès 2008. La téléphonie fixe ne rapportera quasiment plus rien, la concurrence sur le mobile se sera démultipliée et les prix de l'adsl se seront effondrés. Swisscom tente aujourd'hui de se réinventer dans le transport des contenus. Voir ses efforts pour lancer Bluewin TV mais les problèmes techniques sont loins d'être résolus. Et la concurrence affûte ses armes si l'on en croit les rumeurs de rapprochement entre Orange et Cablecom. Tout indique qu'une formidable bataille se prépare en Suisse pour le contrôle de ce nouveau paysage. Chez Swisscom on sent une certaine nostalgie de l'ère Graham Bell.

Publié le 01 juillet 2005 à 17:15

Ces prochains jour l'Afrique sera au cœur de toutes les discussions. Dans l'agenda international il y a de temps à autre des âmes charitables qui se souviennent encore de l'existence de ce continent. Comme de coutume le prochain G8 en Ecosse sera une de ces occasions. Le moment d'écouter ceux qui affirment que l'Afrique doit avant tout s'aider elle-même. Voir ici l'interview provocante de l'excellent Stephen Smith, fin connaisseur de l’Afrique. Ou, au contraire, ceux qui réclament une mobilisation derrière l'infatigable Bob Geldof qui organise à nouveau un méga concert (Bono, U2, etc.) pour "sauver l'Afrique" 20 ans après le fameux Live Aid. Live_8
Au final, rien de bien neuf. Les chefs d'Etat réduiront un brin la dette du Tiers monde et quelques milliards de personnes- dit-on - se brancheront sur cet événement musical retransmis pour la première fois sur Internet en live. Alors beaucoup de bruits pour rien ? La surprise vient de la conversation qui est engagée en marge de ces événements. Depuis des semaines près de 10'000 blogs (!) comptabilisés par Technorati débattent de l'avenir de l'Afrique. Parmi eux de nombreuses voix africaines particulièrement intéressantes qui rappellent que le continent noir a rarement... voix au chapitre. A défaut d'aider réellement l'Afrique, le brouhaha du G8 pourrait contribuer à brancher à nouveau ce continent. Un premier pas.

A propos

La chronique de Bernard Rappaz, rédacteur en chef Actualité à la RTS.

Pour suivre le fil Twitter de Bernard Rappaz

Accueil

Articles récents

Calendrier

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Catégories

Archives

Flux RSS